Home / Multimédia / Au fait…. Comment ça se termine ?

Au fait…. Comment ça se termine ?

Voici une news un peu décalé sur Quick-Tutoriel, pour celui qui aime les séries TV. Savez-vous comment se finissent réellement vos séries préférées. En lisant cet article vous saurez tous sur les principales séries de hier et d’aujourd’hui. Je vous propose aussi un petit lexique des termes les plus utilisés sur les boards torrents. Tout un programme.

« Smallville », « Lost », « 24 », « Magnum »… des séries qui ont marqué le petit écran ! Mais vous souvenez-vous de la fin ? Voici un lien direct sur Allociné qui a regroupé  les fins de quelques séries célèbres.

A bookmarké d’urgence : http://www.allocine.fr/article/dossiers/series/dossier-18424891/

Voici maintenant un petit lexique des termes les plus courants, pour identifier un Divx sur une board :

  • CAM : Un CAM est un rip au cinéma habituellement fait avec une caméra vidéo digitale. Un mini trépied est parfois employé, mais la majorité du temps ce n’est pas possible, donc la caméra est secouée. Le son est pris à l’aide du microphone de la caméra vidéo donc il arrive souvent que vous puissiez entendre des gens tousser ou rire. La qualité du son et de la vidéo est assez pauvre.
  • TELESYNC (TS) : Un telesync a la même définition qu’un CAM a la seule différence prêt qu’il utilise une source audio externe (la plus utilisée est la prise audio jack dans les chaises pour malentendants). Une source audio directe n’est pas toujours une source audio de bonne qualité car beaucoup de bruit de fond peut s’y mêler. La majorité du temps, les telesync sont filmés dans une salle de cinéma vide ou à partir de la cabine de projection avec une caméra vidéo professionnelle ce qui donne une meilleure qualité vidéo.
  • TELECINE (TC) : Une machine de telecine copie le film digitalement des bobines (il est aussi possible d’utiliser un graveur dvd, un mini-dv recorder, etc.). Le son et la vidéo devraient être très bons, mais en raison de l’équipement impliqué qui est très coûteux, ils sont assez rares. D’une façon générale, le film aura les bonnes dimensions, bien que des telecines en 4:3 (plein écran) aient existés. Le telecine ne devrait pas être confondu avec TimeCode, qui est un compteur de temps évident sur l’écran durant tout le film.
  • SCREENER (SCR) :  Une cassette VHS pre (avant sortie officielle) est envoyée aux magasins de location, aux journalistes et divers autres endroits pour l’usage promotionnel. Un screener est fait à partir d’une cassette VHS et est habituellement en 4:3 (plein écran) bien que des widescreen on déjà été fait par le passé. Quelques fois, il y a un message de copyright avec le numéro de téléphone anti-copie qui apparaît à l’écran. De plus, si la bande contient des inscriptions qui pourraient mener à la source, ceux-ci seront masqués par une marque noire. Quelques fois cela ne dure que quelques secondes mais maintenant cela arrive de plus en plus souvent que ça dure durant tout le film. En général, la qualité est la même qu’un VCD commercial… mais selon l’équipement utilisé, la qualité peut être excellente si il est fait à partir d’un maître comme d’une qualité affreuse si il est fait avec un mauvais équipement de capture audio/vidéo et à partir d’une vieille copie. La majorité des screener sont transférés en VCD mais parfois ils sont fait en SVCD.
  • DVD-SCREENER (DVDscr) : Même chose que le SCREENER sauf que la copie promotionnelle est diffusée sur DVD au lieu de VHS. En clair, un DVDSCR (DVD-Screener) est le rip d’un DVD de démonstration, contrairement à un DVDRip qui est issu d’un DVD commercialisé. Ces DVD-Screener sont utilisés à des fins de publicité, comme par exemple dans les magasins de Hi-Fi (vous avez certainement déjà vu des films fraîchement sortis au cinéma passer sur les écrans de ces magasins). Quelle différence alors? Et bien sur le DVD de démonstration, on a le plus souvent un disclaimer (permanent ou intermittent) de type « This DVD is property of Warner Bros Inc. For Screening purposes only. If you rented this video, please call …..etc etc… » qui défile sur l’écran. De plus, ces DVD spéciaux sont souvent des versions dépouillées : 1 seule piste son en AC3, 2 channels (pas de DTS, pas de son 6 canaux), pas de sous-titres, pas de bonus, menus minimaux…). Ormis ce petit détail du texte qui défile sur l’image de temps à autre (et encore pas sur tous), la qualité des DVD-Screeners permet de faire des DivX aussi bons que les DVD-Retail. Depuis septembre 2002, on assiste à l’émergence de DVD-Screeners un peu moins bons, car les éditeurs les font de plus en plus tenir sur des DVD-5 1-layer (4.7Go) au lieu des DVD-9 2-layers (9.4Go) et ce, afin de faciliter les copies avec des graveurs de DVD ordinaires… ce qui leur évite de devoir les faire presser en grand nombre à chaque fois qu’il arrivent à cours de stock…. Il arrive donc que la qualité soit légèrement inférieure au DVD final… mais attention cela reste néanmoins de la qualité DVD, même si la compression est un peu plus forte… Enfin, depuis la fin de l’année 2002, une nouvelle vague de DVDSCREENERS arrive sur le réseau, les producteurs ayant compris qu’ils avaient tout intérêt à « pourrir » leurs versions de démonstration pour freiner les copies pirates. Leur nouveau truc ? Les passages du film en N&B en intermittence avec les disclaimers, ou parfois un chronomètre permanent dans un coin de l’écran…. Plutôt pénible ! Les DVDScr sont releasés en SVCD et DivX/XviD.
  • DVDRIP : Copie depuis le DVD commercialisé « final ». Le plus souvent, on utilise des PRE* RETAiL*, et la qualité est excellente. Les DVDrips sont releasés en SVCD et DivX/XviD.
  • DVDRIP MD / LD : Le DVDRiP MD contrairement au DVDRiP , d’ou le son vient directement du dvd , le son provient d’une salle de cinéma.
  • LD = LD/Line Dubbed : Suffixe qui accompagne également une balise de qualité vidéo (Exemple : TS LD), cela signifie que la piste son du fichier téléchargé provient d’une source directe c’est-à-dire enregistrée directement depuis une prise audio (Casque pour les malentendants dans une salle de cinéma par exemple). La qualité du son est généralement bonne.
  • MD/Micro Dubbed : Suffixe qui accompagne généralement une balise de qualité vidéo (Exemple : TS MD), cela signifie que la piste son du fichier téléchargé provient d’un micro ou plus généralement d’une caméra dans une salle de cinéma (A noter que la qualité est généralement mauvaise).
  • BDRIP : Rip direct  d’un Blu-Ray commercial, encodé et réduit pour tenir sur un ou plusieurs DVD, généralement 1/3 du DVD. Les BDRips sortent au format xvid, avec une résolution maximum de 720p.
  • VHSRIP : Transféré à partir d’une VHS officielle, principalement pour les vidéos de sports et les releases XXX.
  • TVRIP : C’est un épisode TV provenant d’un réseau de télévision capté avec le câble ou par antenne satellite (le numérique est préférable) ou PRE-AIR (avant d’être diffusé à la télévision) par le satellite qui envoie les programmes sur tout le réseau quelques jours avant. Plusieurs programmes comme WWF Raw is War contiennent des extra (commentaires, etc.) qui sont inclus dans les rips. Le PDTV est capté à l’aide d’une carte TV PCI digitale (carte DVB) qui donne en général un excellent résultat et les groupes ont tendance a releaser en DIVX sur la scène fr, SVCD en us.
  • WORKPRINT (WP) : Un workprint est une copie du film qui n’a pas été fini. Cela peut être des scènes absentes, musique, et la qualité va d’excellent à très mauvaise. Certains WP sont très différents de la copie finale et d’autres peuvent contenir des scènes supplémentaires. Les WP peuvent s’ajouter à la collection une fois qu’une version finale de bonne qualité a été obtenue.
  • Divx Re-enc : Un DivX Re-Enc est un film qui a été réencodé à partir de sa source VCD en petit fichier DivX. Ceux-ci ne sont pas vraiment intéressant pour le téléchargement à moins que vous soyez incertain au sujet d’un film et que vous vouliez seulement un seul CD.
  • Watermarks : Beaucoup de films qui viennent des Silvers/PDVD asiatique sont marquée par les personnes responsables. Habituellement avec des lettres (initiales) ou un petit logo sont généralement dans un des coins. Le plus célèbres sont les watermarks « A » « Z » et « Globe ».

  • ASIAN Silvers / PDVD :  Ce sont des films qui sont « cammer » par des asiatiques avant leurs sortie sur le marché et qui sont ensuite acheté par des groupes de releases principalement sur la scène US. Ils les achètent la majorité du temps par des contacts qui vivent en Asie et qui peuvent les acheter sur les marchés orientaux (Thaïlande, HK, etc.). Les Silvers sont très bon marché et facilement disponible dans beaucoup de pays, donc il est facile de sortir une release, voilà pourquoi il y en a tellement sur la scène à l’heure actuelle. Ils sont releasés principalement par des petits groupes qui ne durent pas plus que quelques releases. Les PDVD sont la même chose mai copiés sur un DVD. Ils ont des sous-titres optionnels et la qualité est habituellement meilleure que les Silvers. Ceux-ci sont rippés comme un DVD normal mais habituellement encodés en VCD.
  • VCD :  Le VCD est un format basé sur le mpeg1, avec un bitrate constant de 1150kbit à une résolution de 352×240 (NTCS). Les VCDs sont généralement employés pour les transferts de mauvaise qualité CAM/TS/TC/Screener (VHS)/TVrip (analogue) afin de faire de plus petits fichiers pour pouvoir les mettre sur un simple disque autant que possible. Les VCDs et les SVCDs sont chronométrés en minutes, plutôt qu’en Mo. Donc, quand on regarde le volume d’un mpeg, il peut sembler plus grand que la capacité d’un disque, mais en réalité on peut mettre 74min. sur un CDR74.
  • SVCD :  Le SVCD est basé sur le mpeg2 (comme le DVD) qui permet la compression variable jusqu’à 2500kbits à une résolution de 480×480 (NTSC). En raison du bitrate variable, la durée que vous pouvez mettre sur un CDR n’est pas fixe, mais généralement c’est entre 35 et 60 minutes. Pour obtenir un melleur encodage SVCD en utilisant le bitrate variable, il est important d’utiliser plusieurs « passes ». Ceci prend beaucoup plus de temps mais la qualité finale le vaut bien !
  • XVCD/XSVCD : Ce sont fondamentalement des VCD/SVCD qui n’obéissent pas aux « règles ». Ils sont tous les deux capables de résolutions et de bitrates beaucoup plus élevées, mais tout dépend si le lecteur dvd peut le lire bien sûr. Les X(S)VCD sont totalement non-standards et sont habituellement fait par des personnes qui n’ont nullement l’intention de sortir la release, mais bien qui veule la garder seulement pour eux à la maison.
  • Divx/Xvid : Le DivX est un format conçu pour des plates-formes multimédias. Il emploie deux codecs: un low motion (scènes normales) et un high motion (scène rapides d’actions). La plupart des films anciens ont été codés en low motion seulement, ce qui cause des problèmes avec le high motion. Une méthode appelée le SBC (Smart Bitrate Control) a été développé et elle commute des codecs à l’étape de l’encodage, ce qui donne un résultat de bien meilleur qualité. Le format est Ana ophic et les bitrates/résolutions sont interchangeables.
  • CVD :  Le CVD est une combinaison des formats VCD et SVCD et est généralement supporté par la majorité des lecteurs de DVD. Il supporte le bitrate MPEG2 du SVCD, mais utilise une résolution de 352×480 (NTSC) vu que la résolution horizontale est habituellement moins importante.
  • DVD-R :  C’est la solution pour copier un dvd entier la plus populaire. Ce sont les fichiers originaux du dvd qui sont copiés et bien sur généralement modifiés. En général, on y retrouve la piste audio et les subs FR et US. Le menu est au rendez-vous évidemment.
  • MiniDVD :  Le MiniDVD/DVD est du même format que le DVD mais il tient sur un CDR/CDRW standard. En raison du haut résolution/bitrate, c’est seulement possible d’adapter environ 18-21 minutes de longueur par disque, et le format est seulement compatible avec quelques lecteurs.
  • R1, R2, R3, R4 ou R5 :  Ce tag indique la provenance de la source vidéo (DVD), selon les différentes zones. Les différentes zones sont classées sous cette forme

R1 = zone 1 : États-Unis, Canada

R2 = zone 2 : Japon, Europe, Suisse, Afrique du Sud, Moyen-Orient, Égypte

R3 = zone 3 : Asie du Sud-Est, Asie de l’Est, Hong Kong

R4 = zone 4 : Australie, Nouvelle-Zélande, Iles du Pacifique, Amérique centrale, Mexique, Amérique du Sud, Caraïbes

R5 = zone 5 : Russie, Inde, Afrique, Corée du Nord, et Mongolie

R6 = Zone 6 : République de Chine

Voici pour les différents types de Divx, voyons maintenant pour les séries TV, qui ont plusieurs abréviations en fonction du type de capture:

Il existe différents tags utilisés dans le nom des releases pour les séries TV:

  • TVRiP: capture via une carte de capture terrestre ou carte de capture analogique avec une source câble analogique et entrées RCA vidéo/audio.
  • SATRiP: capture d’une source numérique satellite ou câble avec une carte d’acquisition analogique ou graveur DVD avec branchement analogique.
  • PDTV: capture numérique via une carte DVB (C ou S ou bien T).
  • HVTV: l’image provenant exclusivement d’un HR HDTV/HDTV Z1 ou Z2 et le son provenant d’une source de haute qualité d’HR HDTV/HDTV/PDTV.
  • HDTV: capture numérique via une carte HDTV au format High Definition TeleVision ou High Resolution High Definition TeleVision.
  • DVTV: l’image provenant exclusivement de DVD Z1 ou Z2 et le son lui provenant de source de haute qualité de PDTV/HDTV.

Ensuite en complément du format, vous avez plusieurs autres tags qui vous renseigne un peu plus sur la qualité de votre Divx.

  • SUBFORCED : Les sous-titres en français sont incrustés dans la vidéo pour les passages en langue étrangère.
  • STV : Straight to Video: le film n’est jamais sorti au cinéma.
  • TRUEFRENCH : Les versions TRUEFRENCH sont les films avec les « vraies » voix française, celle qu’on entend qu’on on va voir le film au cinéma.
  • UNRATED : Ce terme signifie que le film n’est pas censuré. Les passages *UNRATED* sont généralement en anglais et des sous-titres en français sont disponibles.
  • VF : Une version VF d’un film est une version avec des voix françaises.
  • VFQ : Une version VFQ d’un film est une version avec des voix québécoises ou canadiennes (on le reconnait directement à  l’accent particulier).
  • VO : Une version VO d’un film est une version avec les voix originales (si le film est américain, les voix seront en anglais).
  • VOSTFR :  Une version VOSTFR d’un film signifie que le film est en VO mais que les voix sont sous-titrée en français.
  • WS :  *WS* pour WideScreen (letterbox) et *FS* pour FullScreen (plein écran). Selon les normes, les DVDRiPs sont toujours en WideScreen. Si ce n’est pas le cas, le tag *FS* est spécifié dans le nom de la release.
  • REPACK : indique que la release précédente a un problème (désynchronisation du son/image ou autre).
  • REPACK 1CD : compression vidéo d’une release initiale de 2 CD, afin d’obtenir le film sur un seul CD.
  • RELEASE : La release est le nom donné au fichier vidéo. Le but étant d’être le plus complet bien sur, le nom du fichier contient généralement en plus du titre la qualité vidéo, la langue, l’encodage, et parfois d’autres informations supplémentaires.
  • NTSC/PAL : NTSC et PAL sont les deux normes principales utilisées à  travers le monde. NTSC a un taux plus élevé de frame que PAL (29fps comparé à  25fps) mais PAL a une résolution accrue, et dégage une image généralement plus pointue. La lecture de disques NTSC sur des systèmes PAL semble beaucoup plus facile que vice-versa. Le format dépend aussi de chaque zone. Généralement la Zone 1 (USA, Canada, etc.) est en NTSC et la Zone 2 (plusieurs pays européens) est en PAL.
  • LIMITED : Un film LiMiTED signifie qu’il est sorti dans un nombre restreint de cinémas (souvent moins de 250 cinémas). Il s’agit souvent de petits films comme les films sur l’art, etc.
  • INTERNAL : Ce tag est principalement utilisé pour les releases CAM ou TS et indique que la qualité est mauvaise. Il peut aussi y avoir d’autres raisons qui sont indiquées dans le fichier NFO.

Enfin pour être complet, voici les quelques termes à connaitre si vous utilisez le système Bittorrent :

  • BT : BitTorrent.
  • Choke : Laps de temps durant lequel le client n’envoie rien, et ne fait que télécharger. Cela a lieu de façon périodique et permet de maintenir un équilibre dans le partage.
  • DL : Download, téléchargement de données.
  • Hashing : Calcul de l’identifiant unique d’un fichier.
  • Leecher : Personne ne faisant que télécharger, sans jamais rien partager.
  • P2P : Peer to peer.
  • Peer : Client.
  • Scrape : Action de récupérer les informations du tracker (nombre de seeds/peers principalement).
  • Seed : Source, personne ayant un fichier complet.
  • Tracker : Interface de communication entre les différents clients.
  • UL : Upload, envoi de données.

That’s All.

  

2 Potins

  1. Je voulais savoir comment se fini Grey’s anatomyyyyyyy (T_T) Ouiinnnnnnn

    Et en plus je viens de me rendre compte que sa fait 2 ans que j’utilise bittorrent mais enfaite je comprenais riennnnnnnn (T_T)

    Journée horrible, il pleut en plus…!
    Je vais retourner me coucher moi.

  2. Eh bien avec ca je suis fourni, je sais maintenant tout ce que tout cela veut dire je vous met dans mes favori ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

pulvinar mattis elementum libero libero. eleifend velit, libero felis
Partagez
Tweetez2
+11
Enregistrer
Reddit
Partagez
Pocket
3 Partages
QuickTutoriel

GRATUIT
VOIR