Home / Insolite / Les assureurs santé lorgnent du côté des bracelets connectés.

Les assureurs santé lorgnent du côté des bracelets connectés.

Ecoutez monsieur, je suis désolé mais selon votre bracelet connecté, vous n’avez fait que 500 par jour sur les trois derniers mois et votre balance nous a signalé que vous aviez pris encore cinq kilos:  je vais donc devoir augmenter le prix de votre complémentaire.  Voici le type d’échange que vous pourrait avoir avec les assureurs santé un jour.

C’est le scénario noir imaginé par certains observateurs, après la décision par AXA  d’offrir  le traqueur d’activité Pulse , de Withings, aux 1000 premiers souscripteurs de l’une de ses complémentaires et pourtant nous étions qu’en 2014.

Et pour les inciter à l’utiliser, le numéro un des assureurs santé Français offrait un chèque de 50€ aux assurés qui auront effectué 7000 pas par jour durant 1 mois. Une prime doublée pour ceux qui atteignent les 1000 pas. Un concours inoffensif, uniquement en apparence, qui pourrait bientôt marquer un virage historique.

L’idée du bonus malus santé.  

Nombre de pas effectués, calories dépensées, poids, cycle de sommeil, tension artérielle, taux d’oxygène dans le sang, toutes ces données trahissent nos habitudes bonnes comme mauvaises. Les informations collectées par les bracelets, balances, brosses à dents connectés dont les ventes explosent constituent, potentiellement une mine d’informations pour les mutuelles.

L’idée? Un mauvais conducteur paie une prime d’assurance plus élevée que celui qui n’a jamais eu d’accident. Pourquoi les complémentaires ne transposeraient pas ce système de bonus malus demain. Toutes ces données pourraient prouver que vous avez une mauvaise hygiène de vie que vous leur couterez plus cher ?

Les participants ne nous communiquent que leur nombre de pas et aucune autres données médicales n’est relevée tempère le responsable de Withings en charge du concours et Axa n’a pas  accès à toutes les informations. »

Mais pourquoi alors organiser un tel concours ? Chez AXA on affirme simplement vouloir  simplement encourager les comportements vertueux des Français. Il est vrai qu’une étude clinique montre que les utilisateurs de traqueurs font plus de 2000 pas par jour que la moyenne. Mais l’objectif d’AXA n’est pas purement philanthropique : en réduisant les risques que ses clients tombent malades, il espère faire des économies sur leurs remboursements.

Pourtant l’opération de communication s’est soldée par un échec. Très peu de souscripteurs ont répondu à la proposition et demandé à recevoir le Pulse.

Mais on peut imaginer, pourquoi pas dans quelques années, la mise en place d’une grille tarifaire modulée selon l’activité physique de tel ou tel client.

Aux Etats-Unis , des salariés bénéficient déjà de ristournes sur leurs assurances santé s’ils respectent un programme d’activités physiques contrôlé par des bracelets connectés. Ils y sont incités par leurs entreprises qui veulent réduire l’absentéisme et négocier des tarifs moins élevés pour leurs contrats d’assurances. Les employés de BP peuvent ainsi obtenir un rabais annuel allant jusqu’à 1200 $ en effectuant 1 million de pas par an.

En attendant ce scénario catastrophe, il existe aujourd’hui un nouveau moteur de recherche d’assurances qui répertorie plus de 600 assurances qui vous aide a trouver la bonne formule en quelques clics et qui s’appelle assur.com.

Est-ce la fin du secret médical ?

Certains argueront qu’il est logique qu’une personne coûtant moins cher à son assureur paie moins. Le problème, c’est que demain, avec les plateformes logicielles comme Apple HealthKit ou Google Fit, les smartphones centraliseront les données provenant des appareils connectés de la maison et seront capables d’agréger celles transmises par votre médecin. Un genre de super carnet de santé qui attiserait la curiosité des assureurs et celle des employeurs.

Certes il est actuellement interdit d’accéder à ce type d’informations. Cependant. Un recruteur pourrait être tenté d’obliger les candidats à lui ouvrir ce carnet de santé 2.0 pour s’assurer qu’ils ne souffrent pas d’une pathologie grave ou d’une addiction. Bien sûr, il sera possible de refuser… mais lui aussi pourra rejeter votre candidature.

That’s All.

  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

fd89d20a8795e086b9c35ce28ddc71e2:::::::::::::::::::::::::