Home / Apple / Les Macs peuvent-ils attraper des virus ?
Un virus sur un ordinateur, une plaie que beaucoup aimeraient pouvoir éviter !

Les Macs peuvent-ils attraper des virus ?

Si vous utilisez un Mac. Vous devez régulièrement lire pas mal d’articles aux avis contradictoires sur la question de savoir si les virus et autres logiciels malveillants constituent une menace réelle. Historiquement, les fans de Mac ont vanté leur plate-forme comme étant à l’abri des types d’attaques de données et autres intrusions hostiles qui sévissent dans le monde Windows.

Notice.

Apple a même rassuré ses clients pendant des années sur le fait que les Macs « ne peuvent pas attraper de virus ». Ils l’ont même carrément mis en avant dans une série de messages publicitaires qui ont été diffusés pour la première fois en 2006.

Il est vrai que les Macs sont plus sûrs que les PC de par leur infrastructure Unix. Ils restent vulnérables aux virus, et ils l’ont toujours été. De par sa conception, le système d’exploitation Mac est plus sûr contre la menace des virus et des logiciels malveillants. Mais il existe encore de nombreuses façons pour les logiciels malveillants de trouver leur chemin dans votre installation.

les Macs « ne peuvent pas attraper de virus »

Une autre chose qui protège les Macs est le fait qu’ils sont moins populaires que les PC, mais cela n’empêche pas certains pirates de cibler les Macintoshs en 2019. Malgré cela, il y a encore des experts en technologie qui déconseillent imprudemment de prendre des mesures de sécurité, même élémentaires, comme l’installation d’un programme antivirus.

Un bref historique des menaces sous Mac.

Le premier virus Apple répandu s’appelait « Elk Cloner ». Il a été créé par un lycéen de 15 ans en 1982 et visait les ordinateurs Apple II.

Diffusé par des disquettes infectées, le virus lui-même était inoffensif. Mais il s’est propagé à tous les disques reliés à un système. La menace a proliféré si rapidement que beaucoup la considèrent comme la première épidémie de virus informatique à grande échelle de l’histoire. Notez que c’était avant tout programme malveillant sur PC.

Le premier virus Apple répandu s'appelait « Elk Cloner ».

Le premier virus qui visait les ordinateurs Macintosh, nVir, est apparu en 1987 et est demeuré un problème jusqu’en 1991. Il infectait les fichiers exécutables sur Macs, causant des problèmes système. Comme des problèmes d’impression, des plantages d’applications et des temps de réponse lents.

Comparé aux logiciels malveillants d’aujourd’hui qui vous volent votre identité ou vous espionnent à distance, les inconvénients de nVir semblent étranges.

Le passage d’Apple à une toute nouvelle architecture en 2001 a permis de mieux se protéger. Mais des logiciels malveillants pour OS X ont commencé à apparaître quelques années plus tard.

Depuis environ 2012, le nombre de menaces Mac a connu un énorme essor. Ces menaces comprennent les logiciels malveillants comme les logiciels espions, les enregistreurs de frappe, les portes dérobées, et plus encore.

Il inclut également les logiciels publicitaires Mac et les programmes potentiellement indésirables. Tout cela contribue à un risque accru pour les Macs. Même le Mac App Store a subi un raz-de-marée d’escroqueries logicielles lors de 5 dernières années.

Allez sur n’importe quel forum Mac ces jours-ci et il ne vous faudra pas cinq minutes pour trouver quelqu’un souffrant d’une sorte de menace malveillante.

Un des premiers programmes antivirus Mac est un utilitaire gratuit nommé Désinfectant, lancé en 1989.

Dès l’apparition des premières menaces de virus Mac, elles ont inspiré des contre-mesures. Les premiers programmes antivirus pour Mac (retrouvez les meilleurs du marché) ont été créés en 1987 en réponse au nVIR et aux variantes du nVIR. En outre, ceux d’entre nous qui sont utilisateurs Mac depuis suffisamment longtemps se souviendront peut-être même de l’un des premiers programmes antivirus Mac les plus populaires. Un utilitaire gratuit nommé Désinfectant, lancé en 1989.

Mesures de sécurité OS X.

Conscient du problème. Apple a finalement remplacé le système d’exploitation Mac classique par le nouveau Mac OS X. il est livré avec des mesures de sécurité intégrées contre les logiciels malveillants.

Par exemple :

La quarantaine, introduite en 2007, alerte les utilisateurs s’ils tentent d’ouvrir des applications téléchargées sur Internet. Il s’agit d’un rappel, incitant l’utilisateur à y réfléchir à deux fois avant de cliquer, même s’il s’agit d’un programme « basique ». Mais la quarantaine est inutile contre les programmes exécutables qui téléchargent et se lancent en exploitant les vulnérabilités de votre navigateur.  Ce qu’on appelle le téléchargement par « drive-by ».

Xprotect, ajouté en 2009, empêche l’ouverture des logiciels malveillants. Mais seulement s’ils portent une signature connue d’un univers en constante évolution de programmes malveillants. Cela signifie que vous devez continuer à mettre à jour la base de données des signatures pour rester à l’affût des dernières menaces. Si cette base de données est à la traîne, les méchants prennent de l’avance.

Xprotect, ajouté en 2009, empêche l'ouverture des logiciels malveillants sur MAC

Gatekeeper, qui est apparu en 2012, ne permet que l’installation d’applications à partir du Mac App Store et de ses développeurs identifiés qui ont « signé » leur code.

Cependant, les frais modestes pour s’enregistrer en tant que développeur identifié, méchant ou non, présente un faible obstacle selon nous. En d’autres termes, les logiciels malveillants pour Mac sont souvent signés de nos jours, de sorte qu’ils ont l’air légitimes pour Gatekeeper.

Il existe également un outil de suppression des logiciels malveillants, qui supprime les logiciels malveillants connus. Mais seulement après une infection, et seulement à certains moments, par exemple lorsque l’ordinateur redémarre.

Bien que ces mesures d’Apple aident à réduire le risque de l’utilisateur, elles ne sont pas vraiment suffisantes. Il existe des moyens de les contourner et ils ne bloquent ni ne détectent tous les types de menaces.

That’s All.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

efficitur. Aliquam elit. ipsum ut libero. suscipit neque. leo pulvinar mattis in
1 Partages
Partagez1
Tweetez
Enregistrer
Partagez
Partagez
Pocket