Les médias sociaux peuvent affecter nos relations

Les médias sociaux, occupent aujourd’hui une place prépondérante dans notre quotidien. Il n’y a pas de jour où nous ne nous connectons pas à Facebook ou à Insta pour lire une notification, répondre à un message, poster une annonce, etc. Mais si les réseaux sociaux apportent de nombreux avantages, ils sont aussi capables du pire. En effet, il y a tant d’aspects de notre réalité quotidienne qui peuvent être influencés par la façon dont nous nous engageons dans les médias sociaux, et les relations se trouveraient en haut de cette liste selon plantorride.

Les médias sociaux peuvent causer des problèmes de santé mentale

Les médias sociaux peuvent causer des problèmes de santé mentale

Selon plusieurs études, les personnes accros aux réseaux sociaux seraient plus stressées que la moyenne. Cela se justifierait par les événements effarants de leurs familles et amis dont ils sont informés en continu.

Les plus exposées sont les femmes. Ces dernières, en effet, développent un effet de stress plus élevé comparativement aux hommes.

L’autre attitude nuisible est celle consistant à comparer sa vie à celle des autres sur les réseaux sociaux. Quand on le fait et qu’on se rend compte que sa vie est moins reluisante que celles de ses amis, on commence par développer un sentiment de dépression. La frustration, la colère et la jalousie sont aussi des conséquences logiques.

La simplification peut créer une dépendance

Ressentez-vous un grand vide dans votre vie quand vous manquez de vous connecter à Internet pendant quelques jours ? C’est normal ! En effet, à en croire une étude menée à l’Université de Californie du Sud, les effets d’une dose de cocaïne ne seraient pas différents de ceux de Facebook sur le cerveau.

Une autre étude menée par les chercheurs de l’Université de Chicago va plus loin, nous apprenant que le besoin de se connecter à Facebook ou à Twitter outrepasserait même les envies de sexe, d’alcool ou de cigarette.

Tout ceci ne devrait pas étonner quand on sait que dans une récente enquête d’opinion américaine la plupart des participants ont confié préférer se priver de sexe pendant trois mois plutôt que de se passer de leur smartphone pendant sept jours. Idem quand certains utilisateurs affirment préférer se casser un un os plutôt que de voir leur tablette ou smartphone se briser.

Les médias sociaux peuvent être falsifiés

Les médias sociaux peuvent être falsifiés, fake news

Les fakes news sur les réseaux sociaux sont un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur. Les informations y sont, en effet, falsifiées, sorties de leurs contextes ou déformées dans le dessein de nuire. En 2019, par exemple, près de 46 millions d’utilisateurs Twitter ont commenté ou relayé une fake news.

Un chiffre qui ne s’élevait pourtant qu’à 36 millions un an plus tôt. Le plus curieux est que le phénomène est aussi bien réel dans la presse avec en moyenne 100 articles consacrés quotidiennement aux fakes news. Les domaines les plus impactés sont la politique et la santé, mais les marques n’y échappent pas non plus.

On retient de ce phénomène plusieurs conclusions. La plus importante concerne les internautes qui appuient trop rapidement sur « Partager » sans chercher à vérifier l’information auparavant. Pareil pour les gros médias qui se fient parfois aux rumeurs, participant ainsi à la diffusion massive d’une fausse information ; comme ce fut le cas récemment pour la fausse-mort de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade.

La création de notre « identité numérique »

La création de notre "identité numérique"

Vous ne le saviez peut-être pas, mais la grande majorité des employeurs aujourd’hui utilisent les réseaux sociaux pour sélectionner des candidats. Nombreuses sont également ces structures qui vérifient les profils sociaux des aspirants à des postes dans leur entreprise avant de les appeler en entretien.

Et selon un sondage relayé sur CarreerBuilder, le quart des employeurs qui consultent les réseaux sociaux ont déjà éliminé des candidats à cause du contenu de leur page ou de leur blog : des photos qui manquent de pudeur, des preuves explicites de débauche, des remarques désobligeantes vis-à-vis de leur ex-employeur, etc.

Comme le disait donc l’autre, « Les réseaux sociaux, c’est un porte-folio : faites-y la démonstration de votre savoir-faire, montrez que vous faites partie de groupes d’intérêt en lien avec votre domaine d’emploi ». Surtout, soyez pudique, cohérent. Bref, créez-vous une identité numérique irréprochable. Publier des bêtises peut en effet vous être préjudiciable. De tout point de vue !

Le maintien de toutes les « portes ouvertes »

Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs ne sont pas toujours en sécurité. On mettra l’accent notamment sur la cybercriminalité (vol de données, piratage d’identité, etc.), mais également sur le cyberharcèlement, les fakes news, les polémiques stériles…

En faite, on ne ferme jamais  suffisamment  la porte pour être invisible aux yeux des personnes malveillantes. Mais en faisant au maximum attention, en n’exposant pas sa richesse ou en ne dévoilant pas ses projets, on peut au moins être sûr de ne pas rester dans leur ligne de mire.

Signature manuelle Guillaume

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *